Français, modulaire, compatible avec un grand nombre de DAC et autres HAT, pouvant accueillir un écran LCD et ainsi de suite : sur le papier le boitier Nuxii XG+ semble être l’une des solutions les plus complètes pour accueillir un Raspberry Pi.

Avec un Raspberry Pi, il y a de nombreux cas d’usages où il est largement préférable de s’équiper avec un boitier. Seulement voilà, tous les boitiers pour Raspberry Pi n’offrent pas les mêmes possibilités, à l’instar du boitier officiel de la fondation. D’un autre côté, l’offre en matière de boitier est pour le moins pléthorique sur internet, mais tous ne se valent pas.

nuxii

Quand j’ai entendu parler d’un boitier offrant de larges possibilités de personnalisation grâce à son caractère modulaire et ses équipements optionnels, conçu avec un corps en métal et capable d’accueillir un bon nombre de HAT (notamment des DAC), j’ai sauté sur l’occasion pour me le procurer et le tester.

Nuxii XG+ : pourquoi choisir ce boitier ?

Le choix d’un boitier pour Raspberry Pi n’est, dans l’absolu, pas vraiment difficile. Les prix sont généralement bas avec des modèles conçus par imprimante 3D et la majorité des boitiers se contentent du minimum syndical, à savoir protéger votre framboise.

Mais dans certains cas, nous attendons plus que la simple protection de notre framboise contre les courts-circuits et la poussière. Une qualité de fabrication supérieure, afin que le boitier soit efficace dans le temps, la compatibilité avec certains accessoires, ou encore le design pour intégrer dans un salon sont autant d’atouts importants.

Comme nous allons le voir, le Nuxii XG+ est un boitier qui se veut idéal pour ses installations dites « de salon », comme une console rétrogaming avec Recalbox, Batocera et autres, un media center avec par exemple Kodi ou OSMC, mais s’avère aussi être une plateforme intéressante dans bien d’autres cas de figure.

Un boitier massif et costaud

À la découverte du boitier j’ai été assez surpris par son poids et son volume. À vrai dire les images de présentation du site web ne permettent pas vraiment de savoir à quoi l’on a affaire. Autant le dire d’entrée, le Nuxii XG+ est massif surtout lorsqu’on le compare avec d’autres modèles concurrents, principalement fait de plastique.

boitier rasperberry

Le XG+ dispose d’une structure entièrement métallique, c’est très costaud et ça ne bouge pas une fois installé avec ses patins antidérapants, mais tout le monde n’appréciera pas forcément ce design imposant et le look qui en découle. Pour ma part, je trouve que le XG+ s’intègre assez bien dans un décor de salon, disons que la couleur choisie reste discrète.

Brève de bavardages, intéressons à la conception de ce boitier et à la partie montage et assemblage à proprement parler.

Nuxii XG+ : montage et assemblage du boitier

L’intérêt des boitiers Nuxii est sans doute les possibilités de personnalisation à sélectionner lors de l’achat. Sur ce point, c’est le boitier Nuxii SG qui en propose le plus, notamment avec la possibilité d’intégrer un écran LCD, un bouton poussoir avec anneau LED, ou encore un récepteur infrarouge et sa télécommande. Dans mon cas, j’ai reçu le boitier avec une façade et un bouton poussoir avec ses câbles Dupont sertis, un capot en plexiglas en supplément du capot métallique et enfin la visserie nécessaire au montage.

Le montage est relativement simple, mais il ne faut malheureusement pas compter sur les différents tutoriels que l’on peut trouver sur le site de Nuxii qui apportent plus en confusion qu’autre chose. Finalement, avec un peu de bon sens il n’est nul besoin de consulter une assistance, voici simplement ce qu’il faut retenir en priorité :

  • Le Raspberry Pi se fixe sur le socle du boitier, à l’aide de vis et d’entretoises
  • La façade (avec ou sans bouton) doit être fixée à l’aide d’une colle forte

  • La vitre transparente sur le côté droit se fixe à l’aide de deux vis. Attention : si vous souhaitez avoir accès rapide à la carte SD, il est préférable de s’en passer.

Accès difficile à la carte microSD

Le boitier en métal est donc livré avec des éléments prédécoupés. Vous pouvez ainsi choisir de ne pas placer le plexi transparent sur le côté ou de laisser l’emplacement béant. Selon moi il est préférable de ne pas y fixer le plexi et le laisser libre, ceci afin de pallier le plus gros souci de ce boitier : l’accès à la carte SD.

impossible d’accéder à la carte SD autrement qu’en se passant de la vitre latérale

 

Pour certaines installations cela ne posera pas de problème, tout dépend finalement de vos besoins. Dans mon cas, j’ai deux Raspberry Pi sur lesquels j’installe et je teste régulièrement de nombreux projets différents, j’ai donc besoin d’un accès facilité à la carte SD. Néanmoins, si votre Raspberry Pi est uniquement utilisé comme une console rétrogaming, par exemple, l’accès à la carte SD n’est pas toujours une nécessité. Avec Recalbox il est possible d’ajouter des ROMs depuis votre ordinateur en accédant à votre framboise via le réseau. D’autres solutions existent : en ajoutant des ROMs via un disque dur externe ou une clé USB notamment. Bref, les makers se sentiront frustrés de cet accès difficile à la carte microSD, d’autant que même sans cette vitre plexi il sera nécessaire d’aller chercher la carte à l’aide d’un outil comme une pince brucelles, pas évident donc.

Qualité des matériaux au rendez-vous

Pour le reste, le boitier est relativement bien conçu, dans le sens ou tous les emplacements sont parfaitement usinés : les ports USB, Ethernet, l’entrée jack, l’alimentation ainsi que l’emplacement autorisant l’utilisation d’un DAC ne posent aucun problème. Sur ce point, l’emplacement pour les entrées et sorties du DAC n’est autre qu’un espace béant, ce qui n’est finalement pas plus mal puisque cela permet d’apporter une compatibilité avec de nombreux DAC différents.

Connecter un DAC

J’ai malgré tout rencontré un autre problème en raison de la présence de mon DAC sur les broches GPIO du Pi. Pour utiliser le bouton poussoir, je dois forcément utiliser les broches GPIO du DAC, or celui-ci culmine bien 1 cm trop haut pour pouvoir accueillir les embouts des câbles Dupont, ce qui m’empêche ensuite de fermer le boitier avec le capot prévu à cet effet. Il conviendrait de vérifier ce que cela donne avec d’autres DAC, mais à l’heure actuelle je n’ai qu’un modèle d’InnoMaker sous la main.

Autre réflexion pertinente si vous prévoyez d’utiliser un DAC : n’oubliez pas de vous munir d’entretoises pour fixer votre DAC au Raspberry Pi. L’emplacement laissé vide au niveau des sorties audio du DAC ne permet pas de le maintenir, votre DAC bougera forcément lors du branchement de vos câbles et durant l’utilisation, ce qui n’est vraiment pas bon pour les broches GPIO du Pi ! Conclusion : ne faites pas comme moi en oubliant les entretoises.

Pour conclure

Avec un peu de réflexion suivant vos besoins, le Nuxii XG+ s’avère être un boitier efficace qui porte l’intérêt d’être compatible avec une grande variété de DAC, mais également aussi bien avec les Raspberry Pi 2, Pi 3, ainsi que le dernier né de la fondation avec le Pi 4. Toutefois, il faut bien retenir certaines choses avant de craquer pour ce boitier : il est lourd, occupe deux fois plus d’espace qu’un boitier standard, n’est pas spécialement esthétique (les goûts, les couleurs …) et rend l’accès à la carte SD difficile ce qui impose des choix lors du montage.

L’idée globale de ce boitier est très pertinente, mais elle mériterait d’être approfondie afin de mieux coller aux attentes des utilisateurs, concernant les points déjà évoqués, mais aussi dans mon cas le contrôle du boitier via le bouton power qui ne peut être réalisé avec mon DAC. Après échange avec Nuxii, il semblerait cependant que cela soit imputable à mon DAC, chose que je tenterai de vérifier ultérieurement.

Au final, il reste des points à éclaircir, mais je peux dire que le Nuxii est principalement intéressant pour une utilisation de type mediacenter ou encore pour ajouter des fonctionnalités sans fil à une chaine Hi-Fi ou des enceintes d’ancienne génération tout en profitant d’un son de qualité grâce au DAC.

A Propos de l'auteur

Matthieu Legouge

Immodérément passionné par la musique, les jeux-vidéo, et le hardware, je navigue au gré des notes et des fréquences et vais partout là où la Tech me mène.

Retrouvez moi sur Twitter pour suivre mes aventures, partager nos idées et discuter de tout et de rien : @_UglyToe

Votre commentaire