Elle est enfin de retour ! Quatre ans après une première version que la concurrence a peiné, voir échoué à égaler, le gamepad de Microsoft revient sur le devant de la scène. Autant dire que l’Elite v2 (pour aller au plus court) était très attendue, Microsoft aura su faire languir les nombreux joueurs Xbox, ainsi que les PCistes qui ne souhaitent pas se contenter du combo clavier/souris !
L’Elite v2 conserve-t-elle sa place au sommet du podium ? Est-elle toujours le mètre étalon des manettes eSport ? Ce sont les questions auxquelles nous tentons de répondre à travers ce test.

Esthétique et design : une recette qui ne bouge quasiment pas

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, mais l’Elite v2 ressemble comme deux gouttes à son prédécesseur, si bien qu’aux premiers coups d’œil on pourrait penser qu’il s’agit simplement d’une banale mise à niveau. Seulement, ce n’est pas vraiment le cas et Microsoft a clairement soigné ce nouveau modèle ; d’abord grâce aux retours d’expériences des joueurs, mais aussi en y apportant des modifications et améliorations substantielles et bienvenues.


Je n’ai pas eu de grande surprise lors de l’unboxing de ce gamepad, il faut dire que je savais à quoi m’attendre. Malgré tout, je me suis senti choyé par Microsoft ; le packaging respire la qualité et embarque moult accessoires. La manette est en effet placée dans une solide et élégante boite de transport, il suffit de l’ouvrir et de soulever la manette pour tout de même avoir une surprise : un dock USB sur lequel vient reposer la manette afin d’en recharger la batterie. C’est peut-être le premier et le seul véritable point de déception, car je trouvais particulièrement pertinent le fait d’alimenter la version précédente, et d’autres manettes Xbox, à l’aide de deux piles AA rechargeables. Mais le géant de Redmond en a décidé autrement : la batterie est inamovible, point !

Certes, c’est peut-être un point faible, mais Microsoft a mis le paquet pour ne voir aucune déception. La station de charge se cale parfaitement dans la boite grâce à un support magnétique de sorte que l’on puisse recharger la manette dans son coffret. À l’arrière de la boite on trouve en effet un emplacement pour le câble USB-C, il suffit de l’insérer pour alimenter la station et recharger la manette, pratique et malin !

Parmi les accessoires, on retrouve également des ajouts intéressants comme c’est le cas avec la croix directionnelle que l’on peut donc utiliser pour remplacer le fameux disque circulaire et ses facettes. Enfin, on y retrouve également 6 sticks analogiques différents (par paire), ainsi qu’un petit outil qui permet de régler, selon trois positions, la tension des sticks. Si la tension est réglable, ce n’est cependant pas le cas de leur amplitude, une option qui est pourtant présente chez Nacon et sa Revolution Unlimited Pro. Enfin, à l’instar du dock, tous les accessoires amovibles sont magnétiques et se positionnent sans aucun effort.

Si son esthétique ne semble pas avoir changé, Microsoft a tout de même optimisé l’ergonomie de ce modèle, la prise en main s’en trouve améliorée, mais son poids de 345 g pourra poser problème à certains qui préfèreront opter pour une manette plus légère. Personnellement ce poids ne me gène pas, même après plusieurs heures de jeu, mais force est de constater que l’Elite v2 n’est peut-être pas une manette destinée à un public trop jeune. Hormis l’absence de la trappe qui accueillait les piles, on s’aperçoit d’emblée que les dimensions des palettes ont été réduites, ce qui améliore clairement la prise en main et évite les actionnements par inadvertance. Le grip recouvre quant à lui désormais l’ensemble des poignées, pour une préhension renforcée.

Où acheter la manette Xbox Elite Series 2 ?

Commerçant
Stock
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

L’Elite v2 en pratique

La première chose qui rassure une fois la manette en main c’est en premier lieu la qualité de ces matériaux, sa solidité, ainsi que son confort à l’utilisation. Et comme ce n’est forcément pas une manette « élite » pour rien, Microsoft a soigné sa copie afin de convaincre les joueurs les plus pointilleux.
Ainsi, outre le changement des sticks et du pavé directionnel, ou encore le réglage de la tension, nous apprécions de retrouver le réglage sur trois niveaux de la course des gâchettes, grâce à deux commutateurs situés au-dessus des palettes. En parlant des palettes, leur taille n’est pas la seule chose qui a été revue : on ressent clairement une fermeté accrue par rapport à la précédente version, il en résulte une sensation de précision et de réactivité à l’actionnement, et dans une moindre mesure une baisse de la fréquence des déclenchements involontaires.

Un pavé directionnel qui évolue

Le pavé directionnel a lui aussi évolué, il semble bien plus aisé à manipuler ce que je trouve particulièrement vrai lorsque j’actionne une diagonale. Enfin, les boutons d’action n’ont malheureusement pas profité d’améliorations ici, ils restent tout à fait corrects et agréables à utiliser, sont idéalement positionnés, mais ne jouissent pas de l’effort de travail démontré par Microsoft sur l’ensemble de la manette.
J’ai beaucoup apprécié les multiples possibilités de connexion avec cette manette. Si je l’utilise principalement en Bluetooth lorsque je stream mes jeux vidéo sur ma TV et en filaire lorsque je suis devant le PC. Deux autres modes de connexion sont disponibles : via le connecteur propriétaire sur Xbox One, ou via un dongle USB vendu séparément.

Un logiciel très utile pour la personnalisation

Pour terminer, je dois dire que le logiciel compagnon de cette manette, téléchargeable sur le Microsoft Store et sobrement dénommé « Accessoires Xbox », est particulièrement utile. Au départ j’ai rencontré quelques soucis agaçants surtout lorsque je recevais toutes les 10 secondes un message me stipulant « Il y a un problème de connexion avec la manette », mais une fois que l’application fonctionne nous avons accès à de nombreux réglages avancés, pas indispensables, mais très utiles aux joueurs exigeants comme je peux l’être. Hormis la mise à jour du firmware de la manette, nous pouvons ainsi paramétrer l’intensité des quatre moteurs de vibrations, modifier les zones mortes des gâchettes, ou encore attribuer une fonction secondaire à chaque bouton ! L’Elite v2 embarque une mémoire permettant de stocker un maximum de trois profils, ce qui devrait être suffisant pour définir différents réglages selon nos types de jeu, mais aussi notre façon de jouer.

Elite v2 : un règne sans partage

On ne va pas se mentir, de très bonnes manettes ont vu le jour durant ces quatre années d’absence de Microsoft sur le segment haut de gamme. On pense bien sûr à la dernière Revolution de chez Nacon, ou encore à la Razer Wolverine Ultimate. Toutefois, malgré son prix très élevé (179.99 €) et quelques petits détails comme les bugs rencontrés avec l’application et l’absence de batterie amovible, l’Elite v2 atteint une nouvelle fois sans trop de difficulté la première place du podium. Une évolution luxueuse aux finitions exemplaires qui embarque des innovations bienvenues : ni plus ni moins la nouvelle référence, synonyme d’excellence !

amazon
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

A Propos de l'auteur

Patrice

Passionné d'informatique depuis l'enfance, je suis aussi programmeur C/C++ Objective C pour PC, Mac, iOS. Bloggeur pour DigitallyOurs à mes heures perdues.

Votre commentaire