Une petite révolution arrive enfin sur les téléviseurs : la 3D. Pour apprécier pleinement un nouveau film ou un documentaire et s’offrir une expérience totalement différente, rien ne vaut l’utilisation de cette nouvelle technologie pourtant pas si récente qui arrive enfin à domicile par l’intermédiaire des lunettes 3D. Grâce à ces dernières que vous avez déjà pu expérimenter au cinéma et dans certains parcs d’attractions, vos soirées télé vont pouvoir prendre une toute autre dimension.

lunettes 3dLes lunettes 3D : comment ça marche ?

Après plus de 150 ans d’existence, la technologie 3D débarque enfin dans les salons des particuliers. S’appuyant sur ce qu’on appelle des images stéréoscopiques, il est aujourd’hui possible pour tout un chacun de bénéficier de cette technologie à condition d’avoir un téléviseur adapté, des films conçus selon ce procédé et évidemment des lunettes 3D. Pour obtenir cet effet, les fabricants se sont appliqués à les créer pour duper le cerveau humain en reproduisant le fonctionnement de la vision. Pour cela, il est nécessaire que les deux yeux fonctionnent, car l’effet 3D est réalisé à partir de la juxtaposition de deux images légèrement décalées, la vision humaine fait cela naturellement grâce à l’écart moyen de 6,5 cm entre les deux yeux. C’est cet écart et juxtaposition qui permettent d’obtenir l’illusion de relief et de texture inexistante dans la 2 D. À l’aide de deux caméras parfaitement synchrones et légèrement en décalage (environ 6,5 cm comme les yeux humains) lors des prises de vue, les cinéastes vont produire des films et documentaires pouvant être visionnés en 3 D. Ils juxtaposent les deux images pour en obtenir une unique qui projetée sur le bon écran et visionnée avec les bonnes lunettes donnera l’illusion de la profondeur et du relief recherché dans la 3D.

Quelles lunettes 3D choisir ?

Dans le domaine des lunettes 3D destinées au grand public, il existe deux versions différentes de l’application de cette technique. D’une part, il existe des lunettes dites passives, qui sont en réalité des modèles polarisés. Ces dernières fonctionnent très simplement et s’appuient sur la perception par les yeux des ondes de lumières. En effet, celles-ci sont transmises soit verticalement soit horizontalement. Les lunettes polarisées vont agir de façon à ce que chaque œil ne reçoive qu’une seule transmission d’ondes soit verticale soit horizontale pour provoquer l’illusion de relief et de profondeur. Toutefois, ce type de procédé a un inconvénient : la lumière perd énormément en intensité, ce qui nécessite que l’écran soit très lumineux pour que cela fonctionne. D’autre part, les fabricants ont créé des lunettes appelées actives. Ces dernières aussi dites à obturateur vont s’intéresser à l’effet créé par une obturation extrêmement rapide d’un œil puis de l’autre. Ce type de lunettes est équipé de verres à cristaux liquides qui vont bloquer de manière très rapide la lumière arrivant vers un œil puis vers l’autre pour créer la sensation de relief recherchée dans la 3D sans pour autant causer la moindre interruption du visionnage grâce à la rapidité d’exécution de l’obturation. Afin de gérer ce dispositif, les lunettes actives sont munies d’une technologie électronique embarquée qui va gérer ces obturations successives à grande vitesse, c’est pourquoi leur coût est généralement un peu plus important que celui des lunettes passives.

A Propos de l'auteur

Florence Layole